@jhr is virteal, virtually real. RSS

Virteal Des choses désordonnées au sujet du Baron Mariani, la Corse, la nature humaine, des faits contre-intuitifs, les nouvelles tendances du web et de la technologie, SimpliWiki et l8, JavaScript, la vie & l'univers (and 42 of course).

 

Site Meter visites.
©2007-2014 Virteal

17 Aoû
2012
Ven
permalink
(via Le libéralisme jusnaturaliste contre le mariage homosexuel | Contrepoints)

Mariage, nature - Réduire le mariage à la procréation (comme le fait cet article), c’est ignorer sa dimention patrimoniale. Un patrimoine qui depuis Rome n’a aucun mal à inclure des personnes.

Que des parents “possèdent” des enfants est certes une idée dorénavant choquante, c’est pourtant un droit de propriété que peu de parents abandonneraient volontier.

Le mariage et l’adoption par des couples homosexuels nous posent problème à cause de cette conception archaïque de la propriété étendue aux personnes.

Confronté à cette dissonance cognitive (le mariage c’est bien, la propriété étendue aux personnes, c’est mal), il est tentant d’invoquer “la nature” pour justifier l’injustifiable.

La révolution du mariage, en cours, sera achevé quand on admettra que ce sont moins les parents qui possèdent un enfant que l’inverse.

L’institution nouvelle qui se profile à l’horizon est donc la fin d’un amalgame entre ce qui appartient aux adultes (cf PACS) et ce qui appartient aux enfants (cf droit des enfants).

Et, dans le cadre du droit des enfants, qui peut nier que, du point de vue de l’enfant, qu’importe le sexe de ses parents, pourvu que l’enfant puisse péréniser une relation qui l’aidera à devenir à son tour autonome, une fois adulte.

Or, c’est cela qui pose aujourd’hui problème : le sort d’enfants élevés par un parent qui, parcequ’il n’est pas le géniteur ou la génitrice, risque d’être enlevé à cet enfant, typiquement quand l’autre parent décède mais aussi quand les parents cessent de s’entendre.

Le cas des parents homosexuels est un cas particulier de ce problème plus général.

Alors, l’extension du mariage aux homosexuels, associée à l’adoption, est-ce la solution ?

C’est en tout cas, pour les enfants, mieux que le rien organisé par le vide juridique actuel.

Encore qu’on puisse considérer que, les inconvenients du divorce l’emportant sur les avantages du mariage, c’est le mariage tout entier qui mériterait de disparaître ; ce n’est pas pour demain.

Bref, voilà comment être à la fois contre le mariage et pour le mariage des homosexuels. Etonnant, non ?

(via Le libéralisme jusnaturaliste contre le mariage homosexuel | Contrepoints)

Mariage, nature - Réduire le mariage à la procréation (comme le fait cet article), c’est ignorer sa dimention patrimoniale. Un patrimoine qui depuis Rome n’a aucun mal à inclure des personnes.

Que des parents “possèdent” des enfants est certes une idée dorénavant choquante, c’est pourtant un droit de propriété que peu de parents abandonneraient volontier.

Le mariage et l’adoption par des couples homosexuels nous posent problème à cause de cette conception archaïque de la propriété étendue aux personnes.

Confronté à cette dissonance cognitive (le mariage c’est bien, la propriété étendue aux personnes, c’est mal), il est tentant d’invoquer “la nature” pour justifier l’injustifiable.

La révolution du mariage, en cours, sera achevé quand on admettra que ce sont moins les parents qui possèdent un enfant que l’inverse.

L’institution nouvelle qui se profile à l’horizon est donc la fin d’un amalgame entre ce qui appartient aux adultes (cf PACS) et ce qui appartient aux enfants (cf droit des enfants).

Et, dans le cadre du droit des enfants, qui peut nier que, du point de vue de l’enfant, qu’importe le sexe de ses parents, pourvu que l’enfant puisse péréniser une relation qui l’aidera à devenir à son tour autonome, une fois adulte.

Or, c’est cela qui pose aujourd’hui problème : le sort d’enfants élevés par un parent qui, parcequ’il n’est pas le géniteur ou la génitrice, risque d’être enlevé à cet enfant, typiquement quand l’autre parent décède mais aussi quand les parents cessent de s’entendre.

Le cas des parents homosexuels est un cas particulier de ce problème plus général.

Alors, l’extension du mariage aux homosexuels, associée à l’adoption, est-ce la solution ?

C’est en tout cas, pour les enfants, mieux que le rien organisé par le vide juridique actuel.

Encore qu’on puisse considérer que, les inconvenients du divorce l’emportant sur les avantages du mariage, c’est le mariage tout entier qui mériterait de disparaître ; ce n’est pas pour demain.

Bref, voilà comment être à la fois contre le mariage et pour le mariage des homosexuels. Etonnant, non ?

Comments (View) - Reblog



Tweets





UA-7243675-1